Переводы‎ > ‎

Internet comme un moyen de la communication politique

ILYA BYKOV
Internet comme un moyen de la communication politique: l’analyse de l’expérience russe

Aperçu du doctorat des sciences politiques
Saint-Pétersbourg, 2005

Avec le texte original du doctorat on peut faire connaissance à la bibliothèque Scientifique de Gorki de l’Université d’Etat de Saint-Pétersbourg

ATTESTATION GENERALE DU TEXTE DU DOCTORAT

Actualité du thème du doctorat. En résultat des transformations fondamentales économiques et sociopolitiques à la fin du XX siècle, le rôle des communications en générale et surtout des communications politiques s’est renforcé gravement. Alors, aux démocraties contemporaines on doit constater une tendance prolongée de la transformation du système représentatif-parlementaire au système média-présentatif 1. Ça est lié avec un baissement de l’intérêt à la politique de la part de la société civile et même avec un baissement du volume des participations réelles au processus politique. Car «la démocratie est une seule forme du système politique qui doit toujours participer au processus de communication»,2 actuellement, aux systèmes politiques des pays démocratiques on a des difficultés à maintenir le contact direct avec les citoyens à l’aide des instituts politiques traditionnels, comme les parties politiques et les procédures des élections, et alors, on prête plus d’attention aux masses-médias.

L’importance de la communication politique et le développement de son rôle ont lieu non seulement aux pays nommés démocratiques, mais aussi aux pays avec des systèmes politiques et économiques transitifs. 3 En plus, justement à ces derniers la «média-dépendence» du processus politique met en question des réformes démocratiques et économiques. Selon Soloviev A.: «La situation la plus difficile dans ce cas-là est visible non aux pays démocratiques et industriels, mais surtout aux pays transitifs, comme la Russie, où on n’a pas encore terminé la construction de la forme démocratique de l’organisation du pouvoir, fondée sur des moyens idéologiques de la symbolisation, mais elle a déjà une forme politique alternative – la médiacratie s’y développe».4

Le développement de l’Internet, le moyen interactif, principalement nouveau des communications publiques, a directement contribué au renforcement de l’intérêt au problème de la communication politique. Les premières expériences de l’usage des internet-technologies en politique, comme un moyen d’agitation et de propagande électoral, datent le début des années 90.5 En 1993 la première intervention en espace kibernétique des instituts d’Etat a eu lieu. Justement à cette époque-là, aux Etats-Unis la première officielle site-internet d’Etat, appartenant à la Maison Blanche, a apparu.6 En même temps, malgré qu’on n’effectuait pas longtemps la communication politique à la chaine globale, la validité de ce canal de communication est devenue de plus en plus évidente.

Alors l’actualité particulière de nos recherches a des causes suivantes. Premièrement, en Russie les communications deviennent un des plus perspectifs sujets dans les recherches politiques actuelles. En Russie contemporaine, par rapport à la période soviétique, dans le domaine des communications politiques, on voit des changements radicaux en forme, aussi bien qu’en direction.

Deuxièmement, la Russie, comme la plupart des pays, survit une crise des communications politiques traditionnelles, ce qui se reflète à l’activité politique des citoyens qui devient plus basse. Aux conditions quand la distance entre les électeurs et les instituts politiques de la société s’augmente de plus en plus, des unions politiques et d’autres structures politiques sont forcées d’employer les méthodes non traditionnelles des communications politiques pour soutenir leurs liaisons avec les électeurs. L’Internet occupe une des premières places parmi ces méthodes.

Troisièmement, l’Internet en Russie reçoit une vaste popularité en qualité du moyen des communications politiques, ce qui demande, comme dans les autres cas pareils, son appréciation et son analyse théorétique. Il faut aussi y noter l’augmentation de la quantité des usagers de l’Internet et, qu’en Russie contemporaine, ceux-ci font la majorité de l’électorat. Selon les recherches du fond «Avis social», au printemps 2005, le nombre des usagers d’Internet était 18,9 millions, ce qui faisait 17% de la population.7 En plus le secteur russe de l’Internet (RU) compte plus de 350 milles domiens, enregistrés au zone RU,8 aussi bien une grande quantité des sites russes, enregistrés aux autres domiens.

Le degré d’étude scientifique du thème de doctorat. Parmi les fondateurs des études de la communication politique on peut noter le célèbre représentant de la science politique américaine Lasswell H.D. qui étudiait bien sérieusement le phénomène de la propagande politique au période de l’après la deuxième guerre mondiale.9 On trouve que Lasswell était un des fondateurs de la conception de communication publique. Parmi les autres grands savants, théoriciens de la communication publique, il faut nommer tels que Blumer H., Riesman D., Moscovithi S., X. Ortéga-I-Gassette et d’autres.10

A l’époque de l’après la deuxième guerre mondiale on a fondé des nouvelles écoles théorétiques de la communication politique. Deutsch K. et Easton D. sont devenus les fondateurs de la conception cybernétique et de l’analyse systématique.11 G.A. Almond et J.S. Coleman ont employé les découvertes du fonctionnalisme de T. Parsons et R. Merton dans le domaine de la science politique et de la communication politique.12 Les études scientifiques nommées la théorie de modernisation sont devenues le plus intéressant courant du développement des idées du fonctionnalisme. En cadre de cette théorie L.W. Pye et Schramm W. ont dirigé des études fondamentales consacrées au rôle de la communication politique aux pays se trouvant en voie du développement et aux régimes transitoires.13

Il faut particulièrement y noter la conception de communication à deux (poli) gradins, élaborée par les sociologues de la célèbre Ecole de Chicago: Berelson B.R., Lazarsfeld P.F., Gaudet H., Katz E. et d’autres. Dans cette conception ses auteurs critiquent brusquement les méthodes de la communication publique, prêtant plus d’attention aux relations interpersonnelles et à l’influence des petits groupes sociaux à l’adoption des résolutions politiques. On y doit aussi prêter une grande attention aux résultats des études sociologiques de ces savants où ils ont scrupuleusement étudié le degrés de l’influence des différents moyens de la communication.14

Il est nécessaire d’y souligner le rôle de la méthode du néo-marxisme dans les études de la communication politique. Parmi les savants, qui pratiquaient cette méthode, les plus célèbres sont Adorno T., Horkheimer M., Marcousé G., Chiller G.15 En plus on peut y nommer un des plus grands savants contemporain, dans le domaine de la communication politique, Habermas J. qui est un grand représentant de l’Ecole de Francforts comme Horkheimer M. et Marcousé G.16

La conception de la société informatique, fondée par Bell D., Bgesinski Z., McLuhan M., Massuda I., Toffler A., Nesbitt D., Kastels M., Uebster F. et d’autres 17, a exercé une grande influence aux études actuelles de la communication politique. Selon cette théorie, la société contemporaine, contrairement à la société industrielle, est caractérisée, premièrement, par le développement des processus de création, échange et consommation de l’information. Il est évidant qu’en telle société le rôle et l’importance des moyens de la communication sont difficiles à surestimer.

Il est important d’y citer l’influence de la méthode théorétique attribuant le rôle principal au moyen de la communication dans le processus des communications sociales. Car la majorité des théorétiques de ce courant scientifique ont travaillé à Toronto, au Canada, celui-ci est souvent associé avec le nom de cette ville, et le mouvement théorétique a reçu le nom de «école de Toronto». Les fondateurs de ce mouvement sont Innis et, un des plus grands représentants de cette école, McLuhan, à qui appartient une célèbre sentence caractérisant le sens de ce méthode: «le moyen communicatif est une communication».18 Donc, selon ce méthode les moyens communicatifs contribuent au développement des certains genres de communication politique et empêchent les autres. Alors, l’apparition des nouveaux moyens des communications publiques exerce une grave influence au développement des processus politiques et même au changement du système politique.

Cette méthode, autorisée aux représentants de l’école de Toronto, peut être appréciée comme très originale, c’est grâce à lui qu’on peut distinguer les termes le canal de communication et le moyen de communication. Le terme le canal de communication est employé le plus souvent en deux sens: 1) le complet des moyens de la communication entre la source et le récepteur de l’information – téléphoniques, de radio et de télévision etc.; 2) les ondes, le temps de translation, d’autres ressources de réception des communications».19 Les canaux de la communication sont vus comme des lignes communicatives (les contacts), suivant lesquels une annonce (l’information) va du communicant au récipient. Les canaux de communication représentent le côté matériel de la communication socio-politique. Donc, le terme «le canal de communication» est employé pour nommer le porteur physique et le translateur de l’information.

Le terme «le moyen de la communication» est plus large que «le canal de la communication».20 Il comprend les canaux de communication aussi bien que leur contexte sociale, exerçant une influence à l’invention, à la création et à l’usage des méthodes techniques de la translation de l’information, et il a l’influence éventuelle des canaux communicatifs sur la société. Les différences sémantiques entre ces deux termes russes «le moyen de la communication» et «le canal de la communication» sont très ressemblantes à celles de l’anglais - «channels of communications» и «media».21 Voilà pourquoi dans notre étude, suivant les représentants de l’école de Toronto, nous employons le terme «les médias».

Parmi les études actuelles dans le domaine de la communication politique, en général, et particulièrement dans celui des communications politiques à l’internet, il faut noter les recherches de Graber D.A., Device R., Deibert R.J., Kanningem S., Mervin D., Newman B.I., Neuman W.R., Porter A., Irren O. et beaucoup d’autres.22 Donc, on voit bien qu’ à l’étranger le thème étudié est populaire du point de vue pratique, aussi bien que théorétique.

A l’époque soviétique de l’histoire russe, dans le cadre de la vision marxiste-léniniste, il existait des recherches assez sérieuses, consacrées aux problèmes des communications politiques dans la société contemporaine.

Malgré l’attitude assez critique aux conceptions occidentales, des sociologues russes ont fait une contribution importante dans la science. Parmi les savants les plus connus dans ce domaine on peut nommer Achine G.K., Grouchine B.A., Gourevitch P.S., Féofanov O.A. et d’autres.23

Du point de vue historique, le période assez court du développement et de l’usage de l’internet comme le moyen de la communication politique dans notre pays a réduit au minimum la quantité des recherches monographiques russes dans ce domaine. On pourrait y noter les travaux de Voronina T.P., Grathova M.N., Inozemtseva V.L., Kravthenko I.V., Meluhin I.S., Terin V.P. et d’autres.24 En même temps on doit se rendre compte que ces derniers ne peuvent être attribués au domaine des communications d’internet qu’en partie, car ils les regardent comme un des éléments du système communicative de la société informatique.

Il est nécessaire d’y nommer des recherches scientifiques de Verchinine M.S., Vassilenko V.I., Vassilenko L.A., Nisnevitch U.A., Kristalni B.V., Travkine et d’autres.25 Malheureusement, celles-ci ont plutôt le caractère publiciste et d’enseignement. Donc, on y voit un certain déficit des travaux monographiques dans le domaine d’internet-technologies politiques.

D’autre coté, dans les revues scientifiques russes il y a assez de puplications sur le thème d’internet-technologies politiques, on peut y noter les articles de Soloviev A.I., Atchkassova V.A., Komarovski S., Marahovskaia M., Pavlutenkova M., Peskov D.N., et d’autres.26

Aux temps derniers, on mène des recherches scientifiques assez intensives sur le thème des communications politiques et celles de réseau, surtout si on parle du doctorat dans ce domaine. Pourtant, il est évidant que la plupart de ces travaux parle de l’Internet du point de vue sociologique, phycologique, journalistique, ou l’observe comme une sphère d’autres communications politiques. En réalité, c’est seulement A.V. Tchougounov27 qui le voit du même point de vue que nous. En même temps, parmi les doctorats soutenus en Russie aux temps derniers, on doit noter ceux-ci de Possiker L.R., Aroutunov N.V., Bikkoulov A.S., Mechkov T.A., Ahmetchin E.N. etc., qui en parlent couramment.28

Alors, on constate que malgré une certaine attention aux problèmes des communications politiques en réseau globale de l’Internet, ceux-ci restent toujours peu étudiés à cause de leurs nouveautás et complexitás. En plus on voit dans ces átudes un certain isolement et une incohárence des savants russes.29

L’objet du doctorat actuel est la communication politique au segment russe du réseau globale de l’Internet.

Le but principal du doctorat est l’analyse du rôle et de la place du réseau globale de l’Internet comme le moyen de la communication politique en Russie.

Pour obtenir le but principal il faut résoudre des problèmes suivants:

- révéler les conceptions méthodologiques principales en théorie de communication politique, où on étudie le probléme de l’influence des moyens de la communication à la politique;

- étudier des points de vue contemporains, formes et méthodes de la communication politique en réseau globale de l’Internet;

- analyser l’histoire et les traits spécifiques de l’emploi des technologies de l’Internet comme un moyen des communications politiques en Russie;

- apprécier des problèmes et des perspectives de la création «du gouvernement électronique» en Russie moderne.

Le base théorétique-méthodologique du doctorat, malgré la diversité des conceptions modernes dans les études des sens des processus politiques, en général, et de la communication politique, en particulier,30 est fondé sur le fonctionnalisme comme la théorie de base, aussi bien sur les théories de la société informatique et de la communication à deux (poli) gradins comme la théorie supplémentaire. On emploie les principales méthodes scientifiques, telles que l’analyse comparative, historique, systématique.

Le fondement empirique du doctorat est composé des données secondaires, telles que les résultats des études de l’Internet, réalisées par des organisations internationales et russes. Parmi ces dernières on peut nommer des centres des études scientifiques COMCON-2 31, « monitoring.ru » 32, le service sociologique « Fond d’opinion publique » 33 , « Centre publique régional des technologies de l’Internet » (ROCIT) 34, Strana.Ru 35 et d’autres. En plus, on peut noter la recherche, préparée en 2001 par des savants de l’Institut du Développement de la Société Informatique, nommée « Niveau de préparation de la Russie à la société informatique. Appréciation des possibilités et des besoins de l’emploi en grand des technologies informatiques et communicatives » 36. Des actes et des conceptions légitimes, concernant des questions de régularisation de la communication politique, étaient constructivement étudiés.

Le niveau de la nouveauté du doctorat est réglé par l’actualité du problème étudié, aussi bien que par les résultats obtenus. Parmi des principaux éléments de la nouveauté on peut nommer:

1. L’Internet est étudié comme le moyen de la communication politique et caractérisé, premièrement, à l’aide de son composé politico-informatique.

2. On a fondé la base théorétique de l’étude de l’Internet comme le moyen de la communication politique.

3. On a essayé d’éétudier et apprécier le rôle et la valeur de l’Internet au processus politique en Russie.

4. On a étudié le problème de la création du gouvernement électronique en Russie moderne.

5. On a fait entrer au vocabulaire scientifique un grand volume des données sur le thème du doctorat en langues étrangères.

Les thèses principales à soutenir. En résultat des études accomplies, on a formulé des thèses suivantes à soutenir :

1. Un des plus demandé regard théorétique sur les études de l’Internet comme le moyen de la communication politique en Russie est la théorie de communication à deux (poli) gradins.

2. L’Internet est un des plus perspectif aspect du développement de la communication politique en société moderne, vu en qualité du moyen de l’assurance du processus politique, aussi bien qu’en qualité de l’instrument de la création du «gouvernement électronique». Alors dans ce doctorat on préfère le terme «gouvernement électronique» au terme «démocratie électronique» à cause de la contradiction du dernier.

3. Actuellement, en Russie on emploie l’Internet comme un moyen supplémentaire de la communication politique, à cause des grandes restrictions. D’un part, ces restrictions sont liées avec la spécifique de l’internet-auditoire russe. D’autre part, une des principales limitations du développement des technologies de l’Internet en Russie est un regard stéréotype sur l’Internet comme sur un moyen d’abord facile à tous, comme sur une information mal vérifiée ou un compromis.

4. Aujourd’hui en Russie le « gouvernement électronique » fonctionne seulement en forme des éléments isolés. D’un point de vue, ça est lié avec le manque du programme uni de la formation de la société informatique en Russie. D’autre point de vue, l’appareil bureaucratique y oppose de la résistance, car il n’est pas intéressé aux réformes démocratiques d’Etat. Alors la fonction la plus demandé est le positionnement du Gouvernement aux moyens des medias.

La valeur théorétique et pratique du doctorat est déterminée par l’analyse et la systématisation fait par l’auteur d’un grand volume de l’information scientifique sur le thème étudié, par l’appréciation du rôle et de la valeur de l’Internet comme le moyen de la communication politique en Russie contemporaine. Les résultats de ces recherches peuvent être employés aux cours de l’enseignement générale et spécialisé de la politologie et de la communication politique. En plus, des conclusions, faites au doctorat, pourraient être recommandées pour leur utilisation au perfectionnement du fonctionnement des instituts d’Etat et des organisations sociales et publiques russes dans le domaine des communications politiques.

L’approbation des résultats du doctorat. Les thèses principales du doctorat sont présentées aux publications et aux rapports de l’auteur aux conférences scientifiques, par exemple : à la II-ème Conférence des recherches scientifiques et pratiques de la Russie « PR-technologies en société informatique » (le 10-12 novembre 2004, Saint-Pétersbourg), à la 56-ème conférence technique des professeurs, savants et réchercheurs de l’Université d’Etat de Saint-Pétersbourg des télécommunications au nom de prof. Bontch-Brouévitch (le 27-31 janvier 2003, Saint-Pétersbourg), à la 55-ème conférence technique des professeurs, savants et réchercheurs de l’Université d’Etat de Saint-Pétersbourg des télécommunications au nom de prof. Bontch-Brouévitch (le 27-31 janvier 2004, Saint-Pétersbourg), à la Conférence internationale « Information-Communication-Société » (le 11-12 novembre 2003, Saint-Pétersbourg), à la Conférence internationale des recherches scientifiques et pratiques «Public Relations – science, enseignement, profession» (le 17 avril 2003, Saint-Pétersbourg), à la Conférence des recherches scientifiques et pratiques Universitaire « Les medias au monde contemporain » (le 24-25 avril 2002, Saint-Pétersbourg, l’Université d’Etat), au Forum scientifique et publique « Formation de la société civile comme une idée nationale de la Russie au XXI siècle » (le 14-16 décembre 2000, Saint-Pétersbourg, l’Université d’Etat).

Le doctorat est discuté et recommandé au soutenu à la chaire des processus politiques Internationales de la faculté de la Philosophie de l’Université d’ Etat de Saint-Pétersbourg.

Structure et volume du doctorat. Le doctorat se compose de l’introduction, deux parties principales, comprenant 4 paragraphes, la conclusion et la liste de littérature employée. Le doctorat est fait sur 189 pages, la liste de littérature employée comprend 440 titres.

CONTENU PRINCIPALE DU DOCTORAT

A l’introduction on a argumenté l’actualité du thème choisi, a analysé la profondeur des études sur le thème, a formulé les buts et les taches, a déterminé l’objet, le problème étudié, a développé le base théorétique et méthodologique du doctorat, a caractérisé le base empirique du doctorat et son actualité scientifique, théorétique, pratique et on a annoncé les thèses principales à soutenir.

A la première partie, «Principes méthodologiques de l’étude des moyens actuels de la communication politique», on détermine les principes centraux théorétiques, employés plus tard à l’analyse de la communication politique au ségment russe du réseau global de l’Internet, on formule la base méthodologique pour l’analyse prochain, on détermine le rôle et la valeur de l’Internet au système des moyens de la communication politique.

Au premier paragraphe, «Théorie de la communication politique en contexte du développement de la société informatique», on a fait l’analyse complète des principes centraux théorétiques de l’étude de la communication politique, on a étudié le caractère spécifique des principes qui regardent les problèmes des moyens de la communication politique. La conception de communication publique, comprenant des idées de H.D. Blumer et H. Lasswell, est bien populaire actuellement, particulièrement en ce qui concerne le terme répandu « les masses-média ». Mais cette conception ne pourrait pas être employée à l’analyse des communications politiques du réseau, car elle est opposée à la spécifique de l’Internet comme le moyen de la communication. Conformément à cette conception, les usagers de l’Internet doivent passivement percevoir l’information et n’ont pas de possibilité de communiquer. Mais en réalité, les caractéristiques principales de l’Internet ce sont l’interactivité et la possibilité de la communication en direct entre ses usagers.

On doit surtout faire attention à la conception de l’école de Toronto, qui apprécie les effets sociopolitiques des moyens de communication. Alors, cette conception laisse à distinguer les composants techniques et sociopolitiques des nouvelles technologies. Selon Deibert R.J., le représentant contemporain de l’école, l’Internet contribue au développement de la société civile globale et alors, il est plus conformant à l’analyse de la communication politique internationale.37

Dans le même paragraphe, on étudie d’autres conceptions théorétiques, telles que le fonctionnalisme, néomarxisme, la modernisation et, bien sur, la théorie de la société informatique qui est devenue la base méthodologique de nos recherches. La théorie de communication à deux (poli) gradins joue un grand rôle dans l’analyse de la communication politique au réseau globale de l’Internet, et représente une des principales tactiques des spécialistes de la communication politique dans l’organisation des campagnes politiques, surtout à l’Internet.

Au deuxième paragraphe, «Conceptions, formes et méthodes de la communication politique à l’Internet», le rôle de l’Internet est analysé comme le moyen de la communication politique. On y donne des principales caractéristiques de l’Internet comme l’espace communicatif, qui comprend des traits positifs (l’accessibilité, l’interactivité, la haute vitesse de la transmission des informations, les possibilités des recherches indirectes et de la conservation des informations), aussi bien que les négatifs (les informations mal authentiques, anonymes, fausses à mauvaise intention).

Après on fait l’analyse de l’Internet en qualité du moyen des masses-média, de l’instrument des campagnes politiques et de l’espace de la création du gouvernement électronique. Dans le même paragraphe on a noté des graves priorités de l’Internet, vu comme un moyen des masses-média, devant les moyens traditionnels des masses-média, en générale, on y distingue: prix bas, accessibilité, haute vitesse de la transmission des informations, interactivité, globalité, sélectivité etc. L’apparence des masses-media en réseau a causé des grands changements au style de la journalistique politique et l’apparence de la journalistique surnommée «on-line»38. On y analyse aussi non seulement des qualités évidentes des internet-masses-media, mais aussi bien ses négativités. On a noté que les internet-masses-media sont les sources de l’information politique les plus répandus en réseau.

Les campagnes politiques à l’Internet, en générale, sont organisées pendant les campagnes électorales et disposent de grandes priorités devant les autres campagnes politiques. En premier lieu, celles-ci sont liées avec les possibilités de la communication interactive avec des électeurs, des militants politiques, des moyens des masses-media et d’autres auditoires. En plus elles donnent la possibilité de l’emploi des instruments supplémentaires de l’influence politique: la collecte de l’argent, le recrutement des membres nouveaux, l’organisation des interrogatoires, la réalisation des publicités des campagnes politiques etc.

L’apparence de l’Internet a beaucoup influencé la réalisation des différents programmes consacrés à la création des «gouvernements électroniques» aux plusieurs pays du monde. Il est important d’y noter que le «gouvernement électronique» peut être réalisé aux différent régimes politiques: autoritaires et démocratiques. Malgré ça, comme le développement du programme du «gouvernement électronique» on analyse la conception de la «démocratie électronique», répandue parmi les savants et les politiques contemporains. Cette conception est représentée en forme de la «démocratie directe» et de la «démocratie communicative». Selon les théorétiques de la démocratie électronique, l’utilisation publique des moyens télématiques des communications, de l’Internet surtout, garantie l’apparence du nouveau régime démocratique. En même temps, la conception de la «démocratie électronique» est bien critiquée de divers cotés. Le fait de l’emploi de l’Internet comme le moyen de la communication politique par les instituts politiques contemporains, et que ces derniers y gardent leur influence politique, est devenu un des principaux contrepoids de la réalisation de la conception de la «démocratie électronique».

La deuxième partie, «Analyse du développement de l’Internet comme le moyen de communication politique en Russie contemporaine», est consacrée à l’analyse du développement des projets politiques en cadre du procès politique en Russie contemporaine (le premier paragraphe), et aussi aux études et à l’introduction des internet-stratégies par les instituts d’Etat (deuxième paragraphe). En plus, on a fait l’analyse comparative de l’expérience russe en exploitation de l’Internet comme le moyen de la communication politique par les structures d’Etat et les organisations sociopolitiques.

Au premier paragraphe, «Développement des projets politiques russes à l’Internet», on étudie le rôle de l’Internet comme le moyen de la communication politique en cadre du procès politique en Russie contemporaine. On souligne la particularité du scénario russe du développement de l’Internet par rapport à celui, connu au monde entier: l’Internet en Russie n’était d’abord demandé qu’en qualité du moyen de la communication des masses-média politiques, et seulement après comme un bizness-projet avantageux. Le période de l’épanouissement de la communication politique au segment russe de l’Internet, lié avec une lutte acharnée pour le pouvoir politique, est daté par les années 1999-2000. Plus tard l’Internet jouait le rôle moins important, ce qui est lié avec la formation du système média-politique assez stable. Alors, ayant fait cette analyse, on distingue quatre étapes du développement de la communication politique au segment russe de l’Internet:
- débutant (les années 1990-1993);
- capitale (les années 1994-1997 годы);
- régionale (les années 1998-2001);
- contemporain (de l’an 2002- jusqu’à nos jours).

Dans ce paragraphe on étudie en détails la structure du segment russe de l’Internet politique, où les internet-masses-média, les fournisseurs exclusifs des informations politiques, jouent le rôle principal. En plus, on a effectué les comparaisons approfondies des ressources informatives des organisations sociopolitiques, des parties politiques et leurs leaders. On a noté que le paysage virtuel au segment russe de l’Internet politique en réseau est bien différent de celui en politique réelle. Des mouvements politiques et leurs leaders du coté droit-libéral y sont présentés plus vivement. En particulier, on a souligné l’influence de Boris Nemtsov, devenu une personne politique très importante au niveau fédéral, qui attire l’attention du pays à la nouvelle forme de la communication politique. On y a développé les causes objectives, subjectives et historiques de cette situation.

Au même paragraphe on a étudié en détails le problème de l’utilisation des internet-technologies aux élections des 1999-2000, auxquelles le Fond de la Politique Effective sous la direction de G.Pavlovski et M.Litvinovitch a joué le rõle important. A ces années, le Fond de la Politique Effective était le joueur si actif au marché des internet-technologies politiques que son influence est devenu exclusif et il a presque monopolisé l’espace informative de l’Internet 39. En même temps, les campagnes négatives, basées sur le compromet, la création des doubles-sites, la publication des résultats des interrogatoires «exit-pools» au jour des élections etc, sont devenues les plus populaires. On a souligné un obstacle important, que ces technologies pratiques sont fondées sur la conception de la théorie de communication à deux (poli) gradins, devenue la plus demandée aux conditions politiques de la Russie.40

Au deuxième paragraphe, «Internet-stratégies des instituts politiques d’Etat Russe», on étudie un état d’affaire du procès créatif du «gouvernement électronique» en Russie contemporaine. On a souligné le fait que les étapes du développement des internet-stratégies des instituts politiques d’Etat Russe doublent en général ceux du développement des projets communicatifs des mouvements publics et politiques en Russie. Leurs cotés positifs et négatifs y sont aussi notés. Parmi les positifs, on parle de la présence des programmes d’Etat au niveau fédéral et régional,41 des lois importantes pour la sphère du commerce électronique.42 D’autre part, on parle de l’insuffisance de ces programmes et lois.

Dans le même paragraphe on a étudié les causes de la réalisation insuffisante du programme «le gouvernement électronique» en Russie. Parmi les principales sont notées les instituts de la société civile, des procédures démocratiques mal développés, et la lutte entre des organisations différentes pour le contrôle sur ce programme. Parmi des cotés positifs on distingue la fonction assez large et développée des média-relations des instituts du pouvoir fédéral, aussi bien que du pouvoir régional. Il est évident que les politiques internet-stratégies des instituts fédérales sont aussi basées sur la conception de la théorie de communication à deux (poli) gradins.

En conclusion on généralise des résultats du doctorat, souligne des aspects perspectifs des études du problème étudié, fait des projets sur l’intensification éventuelle de l’utilisation des internet-technologies en politique russe pendant les campagnes électorales en 2007-2008. Ces projets sont basés sur le développement de la quantité des usagers de l’Internet jusqu’au niveau des autres masses-média. D’autre coté, il est bien évidant que l’Internet aux conditions de monopolisation des autres masses-média électroniques devient une issue exclusive de l’information politique alternative. En plus, il est exclu d’oublier une grande possibilité de l’apparence en politique russe d’autres joueurs, pareils au Fond de la Politique Effective.

On peut trouver les principales thèses du doctorat aux publications suivantes de l’auteur:

1. Bykov I.A. Internet-technologies aux PR // PR comme une technologie sociale: manuel / Sous la rédaction de Atchkassova V.A., Volodina L.V. Saint-Pétersbourg: Parole, 2005. P. 232-246.

2. Bykov I.A. Media-relations au style on-line // Ecole PR de Saint-Pétersbourg: de la théorie à la pratique. Numéro 3: Recueil des articles / premier rédacteur. Krivonossov A.D. – Saint-Pétersbourg: Rose du monde, 2005. P. 24-39.

3. Bykov I.A. Critique sur le livre de Webster F. «Théories de la société informative» // Revue de la sociologie et anthropologie sociale. 2004. Volume VII. № 4. P. 213-214.

4. Bykov I.A. Communication politique au segment russe du réseau globale de l’Internet: Projet des études contente-analytiques // PR-technologies à la société informatique: Matériaux de la II Conférence des recherches scientifiques et pratiques en Russie. Saint-Pétersbourg, le 10-12 novembre 2004. Saint-Pétersbourg: Edition de l’Université Polytechnique, 2004.

5. Bykov I.A. Internet-technologies comme l’instrument de la formation de l’image du leader politique // Matériaux de la 56-ème conférence technique des professeurs, savants et réchercheurs, Saint-Pétersbourg, le 27-31 janvier 2003. Saint-Pétersbourg: l’Université d’Etat de Saint-Pétersbourg des télécommunications, 2004.

6. Bykov I.A. Altération de l’image de l’individu à l’espace kibernétique. // Matériaux de la 55-ème conférence technique des professeurs, savants et réchercheurs, Saint-Pétersbourg, le 27-31 janvier 2003. Saint-Pétersbourg: l’Université d’Etat de Saint-Pétersbourg des télécommunications, 2004.

7. Bykov I.A. Communication politique dans les conditions de la «démocratie contrôlée»: des effets concomitants et les perspectives du développement. // Information – Communication – Société (ICS – 2003): Thèses des rapports et des discours de la conférence scientifique Internationale. Saint-Pétersbourg, le 11-12 novembre 2003.

8. Bykov I.A. Le rôle des technologies informatiques aux préparations des spécialistes PR. // Public Relations – science, enseignement, profession: thèses des rapports à la Conférence internationale des recherches scientifiques et pratiques, Saint-Pétersbourg, le 17 avril 2003.

9. Bykov I.A. Les Parties et les mouvements politiques. // Politologie: manuel. / Rédacteur en chef professeur Miletski V.P. Saint-Pétersbourg, 2002.

10. Bykov I.A. Les relations et le processus politiques. // Politologie: manuel. / Rédacteur en chef professeur Miletski V.P. Saint-Pétersbourg, 2002.

11. Bykov I.A. L’Internet-journalistique: la spécifique et les perspectives du développement. // Les medias au monde contemporain. Matériaux de la Conférence des recherches scientifiques et pratiques Universitaire (le 24-25 avril 2002) / Sous la rédaction de Konkov V.I. Saint-Pétersbourg.: Université d’Etat de Saint-Pétersbourg, 2002.

12. Bykov I.A. Les parties politiques et la société civile en Russie contemporaine // Formation de la société civile comme une idée nationale de la Russie du XXI siècle. Matériaux de Forum scientifique et publique (le 14-16 décembre 2000, Saint-Pétersbourg, l’Université d’Etat. / Sous la rédaction du professeur MarahovV.G. Saint-Pétersbourg: l’Université d’Etat de Saint-Pétersbourg, 2000.

13. Bykov I.A. PR à l’activité des parties politiques: l’expérience de la Russie contemporaine. // PR en politique: manuel. Saint-Pétersbourg: l’Université d’Etat de Saint-Pétersbourg des télécommunications, 2000.

Примечания:

1. Сарчинелли У. Старые СМИ – новые СМИ. К вопросу об отношениях между журналистикой и политикой // Актуальные проблемы Европы. Средства массовой информации и демократия в современном мире: Сб. статей и рефератов. М.: РАН ИНИОН, 2002. P. 38-45.
2. Ibid., P. 39.
3. Соловьев А.И. Политический дискурс медиакратий: проблемы информационной эпохи // Полис. 2004. № 2. P. 124-132.
4. Соловьев А.И. Политическая коммуникация: к проблеме теоретической идентификации // Полис. 2002. № 3. P. 11.
5. Вершинин М.С. Политическая коммуникация в информационном обществе. М.: Издательство Михайлова, 2001. P. 109.
6. Василенко В.И., Василенко Л.А. Интернет в системе государственной службы. М.: РАГС, 1998. С. 44.
7. Опросы «Интернет в России». Фонд общественного мнения. Выпуск 11. Весна. 2005. http://bd.fom.ru/report/map/o051101. P. 2.
8. Статистические и информационно-аналитические исследования состояния и основных тенденций развития инфраструктуры российского сегмента Интернета. Выпуск 2. Хостинг сквозь призму DNS. 27 июня 2005 г. Региональный сетевой информационный центр (RU-CENTER) www.nic.ru
9. Lasswell H.D. The Theory of Political Propaganda // Reader in Public Opinion and Communication. / Ed. by B. Berelson and M. Janowitz. Glencoe: Free Press, 1953. P. 176-180.
10. Blumer H. The Mass, the Public, and Public Opinion // Reader in Public Opinion and Communication. / Ed. by B. Berelson and M. Janowitz. Glencoe: Free Press, 1953; Riesman D. The Lonely Crowd: A Study of the Changing American Character. New Haven: Yale University Press, 1965; Московичи С. Век толп. Исторический трактат по психологии масс. М.: Центр психологии и психотерапии, 1996; Ортега-и-Гассет Х. Восстание масс // Ортега-и-Гассет Х. Избранные труды. М.: Издательство «Весь мир», 1991.
11. Deutsch K. Nationalism and Social Communication: An Inquiry into the Formation of Nationality. N.Y.: The Massachusetts Institute of Technology, 1953; Deutsch K. The Nerves of Government: Models of Political Communication and Control. N.Y.: Free Press, 1966; Easton D. A Framework for Political Analysis. Chicago: The University of Chicago Press, 1979.
12. Politics of the Developing Areas. / Ed. by G.A. Almond, J.S. Coleman. Princeton: Princeton University Press, 1960.
13. Communications and Political Development / Ed. by L.W. Pye. Princeton: Princeton University Press, 1967; Schramm W. Mass Media and National Development: The Role of Information in the Developing Countries. Stanford: Stanford University Press, 1964.
14. Berelson B.R., Lazarsfeld P.F., McPhee W.W. Voting: A Study of Opinion Formation in a Presidential Campaign. 6th impr. Chicago: University of Chicago Press, 1968; Lazarsfeld P., Berelson B., Gaudet H. The People’s Choice: How the Voter Makes up his Mind in a Presidential Campaign. Third Edition. N.Y.: Columbia University Press, 1968; Katz E., Lazarsfeld P. Personal Influence: The Part Played by People in the Flow of Mass Communications. Clincoe: Free Press, 1955.
15. Adorno T., Horkheimer M. Dialectic of Enlightenment. N.Y.: Continuum, 1988; Маркузе Г. Одномерный человек: Исследование идеологии развитого индустриального общества. М.: REFL-book, 1994; Шиллер Г. Манипуляторы сознанием. М.: Мысль, 1980.
16. Хабермас Ю. Вовлечение другого. Очерки политической теории. СПб.: Наука, 2001; Хабермас Ю. Демократия. Разум. Нравственность. М., 1995; Хабермас Ю. Моральное сознание и коммуникативное действие. СПб, 2000; Habermas J. Communication and the Evolution of Society. Boston: Beacon Press, 1976; Habermas J. The Structure Transformation of the Public Sphere. Cambridge: Polity Press, 1989.
17. Белл Д. Грядущее постиндустриальное общество: Опыт социального прогнозирования. М.: Academia, 1999; Белл Д. Социальные рамки информационного общества // Новая технократическая волна на Западе / Сост. и вступ. ст. П.С. Гуревича. М.: Прогресс, 1986; Турен А. От обмена к коммуникации: рождение программированного общества // Новая технократическая волна на Западе. / Сост. и вступ. ст. П.С. Гуревича. М.: Прогресс, 1986. С. 410-430; Тоффлер Э. Третья волна. М.: АСТ, 1999; Тоффлер А. Футурошок. СПб.: Лань, 1997; Уэбстер Ф. Теории информационного общества. М.: Аспект Пресс, 2004; Нэсбитт Дж., Эбурдин П. Что нас ждет в 90-е годы: Мегатенденции. Год 2000. М.: Республика, 1992; Кастельс М. Информационная эпоха: экономика, общество и культура. М., 2000; Masuda I. The Information Society as Post-Industrial Society. Washington, 1983.
18. Innis H.A. Empire and Communications. Oxford: The Cladendon Press, 1950; Маклюэн М. Понимание медиа: внешние расширения человека. М.: КАНОН-Пресс-Ц, 2003. McLuhan M. The Gutenberg Galaxy: The Making of Typographic Man. N.Y., 1962; McLuhan M. Understanding Media: The Extensions of Man. N.Y., 1964; McLuhan M., Fiore Q. The Medium is the Message: An Inventory of Effects. N.Y., 1967.
19. Землянова Л.М. Зарубежная коммуникативистика в преддверии информационного общества: Толковый словарь терминов и концепций. М.: МГУ, 1999. С. 118.
20. Sur des «racines» sociales des technologies en somme et des télécommunications en particulier voir: Sclove R.E. Democracy and Technology. N.Y.: The Guilford Press, 1995.
21. Pour l’auditoire russe le terme «mass media» est le plus connu (le pluriel – I.B.), on le donne sans traduction ou il est traduit comme «les moyens d’information publique», mais il est mieux d’y parler des moyens de communication publique.
22. Девис Р. Сеть политики: влияние Интернета на американскую политическую систему // Актуальные проблемы Европы. Средства массовой информации и демократия в современном мире: Сб. статей и рефератов. М.: РАН ИНИОН, 2002. С. 132-144.; Каннингэм С., Портер А. Сетевые средства связи: двенадцать способов изменить нашу жизнь // Впереди XXI век: перспективы, прогнозы, футурологи. Антология современной классической прогностики. 1952-1999. М.: Academia, 2000. С. 95-101; Мервин Д. Средства массовой информации и демократия в США // Актуальные проблемы Европы. Средства массовой информации и демократия в современном мире: Сб. статей и рефератов. М.: РАН ИНИОН, 2002. С. 46-63; Deibert R.J. Parchment, Printing and Hypermedia: Communications in World Order Transformation. N.Y.: Columbia University Press, 1997; Graber D.A. Processing Politics: Learning from Television in the Internet Age. Chicago: The University of Chicago Press, 2001; Neuman W.R. The Paradox of Mass Politics: Knowledge and Opinion in the American Electorate. Cambridge: Harvard University Press, 1986; Newman B.I. The Mass Marketing of Politics: Democracy in an Age of Manufactured Images. Thousand Oaks: SAGE Publications, 1999.
23. См., например: Ашин Г.К. Доктрина «Массового общества». М.: Политиздат, 1971; Гуревич П.С. Буржуазная пропаганда в поисках теоретического обоснования. М.: Политиздат, 1978; Феофанов О.А. США: реклама и общество. М.: Мысль, 1974; Массовая информация в советском промышленном городе: Опыт комплексного социологического исследования / Под общ. ред. Б.А. Грушина, Л.А. Оникова. М.: Политиздат, 1980.
24. Мелюхин И.С. Информационное общество: истоки, проблемы, тенденции развития. М., 1999; Иноземцев В.Л. Расколотая цивилизация: Наличествующие предпосылки и возможные последствия пост-экономической революции. М., 1999; Воронина Т.П. Информационное общество: сущность, черты, проблемы. М., 1995; Терин В.П. Массовая коммуникация: социо-культурные аспекты политического воздействия: исследование опыта Запада. М.: Издательство Института социологии, 1999; Грачев М.Н. Политика. Политическая система. Политическая коммуникация. М.: НОУ МЭЛИ, 1999; Кравченко И.В. Власть и коммуникация: проблемы взаимодействия в информационном обществе. СПб.: Издательство СПбГУЭФ, 2003.
25. Вершинин М.С. Указ. соч.; Василенко В.И., Василенко Л.И. Указ. соч.; Чугунов А.В. Социология Интернета: Социально-политические ориентации российской Интернет-аудитории. СПб., 2002; Нисневич Ю.А. Информатизация и власть. М., 2000; Кристальный Б.В., Травкин Ю.В. Электронное правительство. Опыт США. М.: Эко-Трендз, 2003; Успенский И.В. Интернет как инструмент маркетинга. СПб., 1999.
26. Ачкасова В.А., Чугунов А.В. Регионализация: политика и информационные технологии // Социс. 1994. № 4. С. 71-77; Соловьев А.И. Политическая коммуникация: к проблеме теоретической идентификации // Полис. 2002. № 3. С. 5-18; Комаровский С., Мараховская М. Интернет – новая избирательная технология? // Советник. 2001. № 3. С. 8-11; Песков Д.Н. Интернет в российской политике: утопия и реальность // Полис. 2002. № 1. С. 31-45; Чугунов А.В. Перспективы развития в России «информационного общества» (Социальный портрет российской интернет-аудитории по данным социологических опросов) // Полис. 2002. № 5; Павлютенкова М. Новые информационные технологии в современном политическом процессе // Власть. 2000. № 8. С. 38-43.
27. Чугунов А.В. Политика и Интернет: политическая коммуникация в условиях развития современных информационных технологий. Автореферат диссертации на соискание ученой степени кандидата политических наук. СПб., 2000.
28. Бондаренко С.В. Социальная структура виртуальных сетевых сообществ. Автореферат диссертации на соискание степени доктора социологических наук. Ростов-на-Дону, 2004; Мешкова Т.А. Безопасность в условиях глобальной информатизации: новые вызовы и новые возможности. Автореферат диссертации на соискание ученой степени кандидата политических наук. М., 2003; Арутюнова Н.В. Новостная (событийная) информация на телевидении как инструмент политического влияния на общественное мнение. Автореферат диссертации на соискание ученой степени кандидата политических наук. М., 2003; Биккулов А.С. Интернет как средство массовой коммуникации. Автореферат на соискание ученой степени кандидата социологических наук. СПб., 2003; Ахметшина Е.Н. Интернет-PR органов государственного управления. Автореферат диссертации на соискание ученой степени кандидата социологических наук. Казань, 2004; Посикера Л.Р. Политическая коммуникация в условиях избирательной кампании: анализ концепций и технологий. Автореферат диссертации на соискание ученой степени кандидата политических наук. М., 1994.
29. Тимофеева Л.Н., Лобза Е.В. Политическая коммуникация, открытая заново // Политическая коммуникация в постсоветской России: проблемы формирования и парадигмы развития. Материалы секции «Политическая коммуникация» Третьего всероссийского конгресса политологов. 28-29 апреля 2003 г. / Под общ. ред. Л.Н. Тимофеевой, Е.В. Лобзы. М.: Республиканская типография, 2003.
30. Ситуация отсутствия единой методологии в современной политической науке хорошо описана в работе: Истон Д. Политическая наука в Соединенных штатах: прошлое и настоящее // Современная сравнительная политология. Хрестоматия. М.: МОНФ, 1997.
31. «КОМКОН-2», Официальный сайт // www.comcon-2.ru
32. «Мониторинг.Ру», Официальный сайт // www.monitoring.ru
33. Фонд общественного мнения // www.fom.ru
34. РОЦИТ// www.rocit.ru
35. www.internet.strana.ru
36. Готовность России к информационному обществу. Оценка возможностей и потребностей широкомасштабного использования информационно-коммуникационных технологий. / Под ред. Т.В.Ершовой. М.: Изд-во ИРИО, 2001.
37. Deibert R.J. Op. cit. P. 157.
38. Рэддик Р., Кинг Э. Журналистика в стиле он-лайн: использование Internet и других электронных ресурсов. М., 1999.
39. Самаркина И.В. Интернет для политологов. Краснодар, 2001. С. 45.
40. Иванов Д. Российский Интернет как средство политической коммуникации // Русский журнал. 13 марта 2002 г. www.russ.ru/netcult/history/20020313.html.
41. См., например: Федеральная целевая программа «Электронная Россия (2002-2010 годы)». Паспорт. // Развитие информационного общества в России. Том 2: Концепции и программы. Сборник документов и материалов под ред. Н.В. Борисова, Ю.Е. Хохлова. СПб., Изд-во СПб ГУ, 2001. С. 190-221.
42. См., например: Федеральный закон от 10 января 2002 г. «Об электронной цифровой подписи».

Перевод Нины Пивоновой